Le monde évolue et les structures qui ne suivent pas ces changements seront laissées de côté. C’est un constat simple mais qu’il ne faut pas prendre à la légère. Plus qu’une question de résultats scolaires, les établissements d’enseignement supérieur doivent se vendre sur différents critères. 

La vidéo au centre de l’attention

Une étude provenant de CISCO affirme que 82% du trafic sur internet sera de la vidéo d’ici 2021. Autant dans le milieu corporate qu’éducatif, la vidéo tient une place dominante, et ce n’est pas prêt de changer. Les étudiants sont de plus en plus tournés vers ce média, ils attendent donc que le système scolaire en fasse de même. La période inédite que nous vivons nous montre que l’e-learning n’était pas assez exploité en France, comme à l’étranger. Mais cela nous montre aussi qu’avec les bons outils et un peu de pratique, c’est la solution de demain.

Les universités ou autres établissement d’études supérieures proposant du contenu vidéo ont ainsi un atout indéniable pour attirer les étudiants. Par exemple, un échantillon des cours proposés ou encore une courte présentation vidéo de cette école peuvent faire la différence. 

Les étudiants baignés dans un flot d’informations 

De nos jours, l’accès à l’information est quasiment illimité grâce à internet et au développement du digital. Ainsi, les étudiants peuvent choisir un établissement adapté à leurs attentes. En quelques clics, ils peuvent consulter et comparer des milliers d’institutions. La barrière géographique n’est plus un obstacle. Tout ceci place l’étudiant dans une meilleure position et le rapport de force établissement/étudiant change. C’est aux écoles de se différencier pour les attirer. Ainsi, la renommée d’une école ne passe plus seulement par les résultats et débouchées de ses étudiants, mais par son “image de marque”. Cette notion connue des entreprises s’applique ici au milieu scolaire. 

Désormais, les différents établissements redoublent d’inventivité pour attirer les meilleurs élèves. À nouveau, la vidéo est un moyen de se démarquer dans ce flot d’informations reçu par les étudiants. Effectivement, la vidéo permet de diffuser un message clair et précis, avec de grandes chances que ce dernier soit retenu. 

L’éthique des entreprises…

L’un des arguments pertinents pour se démarquer concerne la politique éthique. Aujourd’hui, il est impossible de passer à côté de notions telles que la RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises), l’éthique ou encore la philanthropie. La RSE correspond à la politique éthique d’une entreprise. C’est à dire qu’elle doit être économiquement viable, avoir un impact positif sur la société, et respecter l’environnement. Les entreprises communiquent de plus en plus sur ces aspects, suivant la demande des consommateurs.

Selon Greenflex, les jeunes se sentent très impliqués dans la défense de l’environnement. Pour 75% des 15-24 ans, la prise en compte du développement durable dans leur vie quotidienne est « une nécessité ». Dans le milieu corporate, on distingue trois stratégies : la stratégie de l’engagement, celle de l’authenticité, et enfin celle de la transparence. Premièrement, l’entreprise vient vérifier le respect des valeurs éthiques pour lesquelles elle s’engage, en contrôlant ses produits. Deuxièmement, l’entreprise va jouer la carte de l’authenticité en prônant des produits sans conservateurs par exemple. Enfin, l’entreprise peut aussi reconnaitre ses tords et jouer la carte de la transparence en changeant ce qui ne convenait pas au consommateur. 

… aux établissements supérieurs

L’émergence de ce rapport à l’éthique dans la société vient aussi s’appliquer aux universités et autres établissements d’études supérieures. En effet, la génération Z est la plus touchée par les problématiques environnementales. Ils sont soucieux du monde de demain et sont prêts à s’engager compte tenu des enjeux écologiques actuels. Ainsi, leurs choix en matière d’études seront indexés sur la politique environnementale et éthique des établissements d’enseignement supérieur. La course au RSE est un fait indéniable, les écoles rivalisent d’inventivité pour combler les attentes des étudiants. Par exemple, l’IAE d’Aix a organisé une journée RSE pour sensibiliser à la fois étudiants et acteurs de la région.

 L’expérience à tout prix

Par delà l’éthique ou l’émergence d’un flux d’informations, internet révolutionne aussi les rapports entre étudiants et établissements. Prenons à nouveau l’exemple du rapport consommateur/entreprise. Les consommateurs cherchent à vivre une expérience, ils ne se contentent plus d’acheter un simple produit pour sa qualité par exemple. Ce modèle s’applique une fois de plus à nos étudiants, ils souhaitent que leurs années d’études soient une expérience unique. Les établissements supérieurs essayent donc de “vendre du rêve” aux potentiels futurs étudiants. Entre une multitude d’associations étudiantes, les partenariats avec de nombreuses entreprises, l’accompagnement pour des projets entrepreneuriaux ou encore la possibilité d’étudier dans de brillants établissements étrangers en échange universitaire; les étudiants ont de quoi être impressionnés.