Les universités et écoles du monde entier opèrent un changement global depuis le début de la pandémie. La mission des établissements d’enseignement supérieur reste le cours en présentiel. Malgré tout, l’intérêt de la formation comodale ou l’hybride dans la pédagogie n’est plus à démontrer. Les universités continuent de s’équiper massivement pour se prémunir de toute éventualité pour la rentrée. Tout cet équipement engendre un réel virage du numérique, et ce, à long terme.

Néanmoins, le comodal n’est pas une nouveauté. Par exemple, les facultés de médecine diffusent souvent leurs cours magistraux dans plusieurs amphis simultanément, et ce, depuis longtemps déjà ! L’interactivité est la vraie nouveauté, qui n’est pas toujours évidente à mettre en place, mais malgré tout, indispensable.

Un cours comodal suppose la gestion simultanée d’une classe physique et d’une classe virtuelle. En effet, l’enseignant doit arriver à ne faire qu’un seul groupe interactif à partir de deux groupes séparés physiquement dans l’espace. Avec des jauges à 50%, le comodal est le moyen le plus adapté pour répondre aux besoins des universités.

Il diffère du mode hybride, qui signifie que les parties en classe et en ligne d’un cours sont complémentaires. Elles sont combinées de manière réfléchie afin de bien répondre aux besoins des élèves et aux objectifs pédagogiques.

Beaucoup de cours sont désormais dispensés via Zoom, Teams, BBB ou autres. Dans cet article, nous vous donnons quelques exemples d’installations et d’utilisation du comodal, chez nos clients, qui se sont équipés en caméras Kast. Nous nous intéressons exclusivement aux cours réalisés depuis les salles de cours ou amphis.

Des cours magistraux avec peu d’interactions :

Partout en France, des amphithéâtres ont été équipés de caméras en fond de salle. Ces caméras connectées sont intégrées aux salles, comme le sont, depuis longtemps, les vidéoprojecteurs. Des micros, le plus souvent des micros mains, sont ajoutés à cet environnement. Tout cet équipement est géré via des boîtiers ou des tablettes (extron le plus souvent), paramétrés au préalable par des techniciens ou des appariteurs. Bien que performants, à grande échelle, ces boitiers ne suffisent plus. On ne peut pas placer un technicien derrière chaque caméra. 

Pour palier à ce problème, certains établissements décident de tout automatiser. 

À l’Université de droit de Montpellier, les caméras filment les amphis de 8h à 19h en continu. Les cours magistraux se déroulent comme d’habitude, avec une volonté politique de proposer la même expérience présentiel/ distanciel. Le professeur diffuse ou non une présentation, et n’a aucune autre manipulation à réaliser. Les étudiants à distance quant à eux, sont invités à s’authentifier pour accéder à leurs cours, sur la plateforme vidéo de l’établissement. Ici, seuls les étudiants en présentiel peuvent interagir avec l’enseignant. Ce mode de fonctionnement est adapté pour des cours avec peu d’interactivité. 

Finalement, dans un amphithéâtre de parfois 300 à 500 étudiants, nous savons que l’interactivité n’est pas l’essence même du cours. Certains étudiants de l’université de Lorraine rapportent d’ailleurs : « qu’ils ne voient pas l’intérêt d’être toujours présents dans la salle pour un cours magistral”. 

Les Travaux Dirigés (TD), avec de l’interactivité : 

Contrairement aux cours magistraux, les TD demandent plus d’interactivité. Les étudiants posent des questions et réalisent des activités ou exercices avec l’enseignant. D’ailleurs, c’est pour cela que les TD ne se font pas avec des groupes de plus de 30 personnes. Pour un enseignement comodal de qualité, voici les équipements essentiels que les établissements ont installés : 

La retranscription vidéo

Pour assurer une continuité d’enseignement qualitatif en TD, les établissements ont équipé des plus petites salles de cours (jusqu’à 30 personnes). Elles y installent une, voire deux caméras. Une en fond de salle, pour filmer l’enseignant et le tableau ; l’autre est installée devant ! Ce qui permet de filmer également les étudiants en présentiel, lors d’une intervention, pour une meilleure immersion des étudiants à distance. 

Le système son 

Ces salles sont également équipées de microphones dalles au plafond : Ces équipements Shure ou Sennheiser assurent une qualité sonore essentielle au cours à distance. Ils coûtent entre 2000 et 5000€. À Aix-Marseille Université, les microphones, ou microphone dalle sont paramétrés pour couper les bruits parasites. Ainsi, le son des bavardages, ou le souffle du vidéo projecteur sont amoindris.

Enseignement comodal à AMU

Certains établissements préfèrent les microphones main ou cravate, additionné à un second microphone que les étudiants se font passer s’ils veulent intervenir ! 

En comodal, ne pas négliger les apprenants à distance !

Une autre problématique a été résolue au centre de formation Dalloz, à Paris : comment l’enseignant peut-il assurer son cours avec les étudiants en présentiel, sans laisser de côté ceux à distance ? En effet, si les étudiants sont affichés en petit sur un ordinateur, ils ne seront que très peu vus, s’ils sont affichés en grand au tableau, ils seront derrière le formateur, qui devra sans cesse se retourner.

L’idéal est donc d’ajouter aux salles un second écran retour, situé au fond ou sur le côté de la salle ! Et bien sûr d’espérer avoir quelques caméras allumées avec des étudiants qui jouent le jeu… Le son de ces étudiants à distance est alors retranscrit dans les haut-parleurs de la salle, tout le monde peut donc participer. 

Enseignement comodal à Perpignan

Nos autres équipements préférés pour des cours toujours plus intéressants 

Les vidéoprojecteurs interactifs 

Les vidéoprojecteurs interactifs permettent aux enseignants d’annoter leurs présentations en temps réel, avec une retranscription numérique ! Ils peuvent également écrire sur un tableau blanc, réaliser des schémas etc. De nombreux établissements en sont équipés, comme Aix-Marseille ou Perpignan, et chez Kalyzée on adore le concept !

Les lightboards 

NouvelleLightboard - enseignement comodal grande mode dans les universités, les lightboards sont des tableaux transparents. Une grande vitre si vous préférez. L’enseignant écrit au marqueur dessus et des lumières viennent éclairer le tableau pour une meilleure visibilité. Les lightboards permettent de filmer de l’autre côté, de façon à ne pas voir l’enseignant toujours de dos ! Une petite inversion horizontale de la vidéo, et le tour est joué ! Leur coût est d’environ 6 000 euros, mais plusieurs universités s’amusent à en fabriquer, comme l’université d’Avignon.

Les tablettes 

C’est également à l’université d’Avignon que l’on nous a fait part de l’utilisation de tablettes graphiques pour partager ces notes, schémas, graphiques. En effet, certains enseignants utilisent désormais leurs tablettes à la place d’une présentation Powerpoint basique, pour un cours plus vivant. 

Les caméras Kast sont compatibles avec ce genre d’outils. Pour en découvrir davantage, nous vous conseillons ce replay : sur l’utilisation d’un second flux vidéo avec nos caméras.

Un bel avenir pour l’enseignement comodal et hybride

Le comodal est-il finalement réservé aux restrictions sanitaires, jauges à 50% et temps de pandémie ? On en doute.

Plusieurs universités nous rapportent le fait que tous ces nouveaux équipements permettent de réaliser des cours d’une nouvelle manière, qu’il est intéressant d’approfondir. De nombreux projets sont en cours dans les universités et les écoles pour une normalisation de l’enseignement à distance : Qu’il soit hybride ou comodal. La GEM (Grenoble Ecole de Management) a investi 1,2 million d’euros pour mettre en place 32 salles « Hyflex ». Avec deux caméras, deux écrans tactiles, un système de sonorisation avancé dans chacune des salles. 

L’université de Lorraine est lauréate d’un appel à projet sur le volet comodalité. Deux pistes vont être explorées :
– Travailler sur les différents équipements
– La pédagogie qu’entraine l’enseignement comodal

L’université de Perpignan est elle aussi lauréate d’un projet sur l’hybridation de l’enseignement et va donc travailler sur une nouvelle pédagogie d’enseignement à mettre en place dans ses composantes. 

Toutes les avancées réalisées en un an de distanciel, promettent un bel avenir au comodal, à l’hybride et à l’enseignement en général. Nous avons hâte de voir la suite !