image Pourquoi créer des sous-titres de vidéos améliore le référencement des contenus ? image Les règles de ponctuation et de typographie

Guide de transcription pour créer de bons sous-titres

sous-titres, voix off doublage vidéo

Les sous-titres améliorent la visibilité des vidéos sur le web.  Les internautes francophones, par exemple, représentent seulement 3 %  de la population mondiale des internautes. Les sous-titres sont donc un bon moyen pour élargir l’audience d’une vidéo à l’internationale. Après avoir montré l’intérêt de créer des sous-titres dans «Pourquoi créer des sous-titres de vidéos améliore le référencement des contenus ? » nous décrivons dans cet article comment bien réaliser des sous-titres.

Introduction

Le sous-titrage transcrit consiste à afficher une traduction synchrone des dialogues au bas d’un écran de contenus audiovisuels.

Le sous-titrage répond aux besoins des sourds et malentendants, mais également à toute personne souhaitant lire la transcription, traduite ou non, d’une version originale. Lorsqu’une langue étrangère est globalement comprise mais pas suffisamment maîtrisée, la transcription sous-titrée permet aussi de faciliter la compréhension de la version originale. Le sous-titrage constitue par ailleurs un outil très utile pour l’apprentissage et le perfectionnement d’une langue étrangère.

Les États-Unis font une distinction entre le texte transcrit de la version originale (closed captions) et le texte traduit (subtitles). Cette distinction n’existe pas en France qui parle simplement de sous-titres.

Nous utiliserons ici les termes de transcription ou sous-titres transcrits (équivalent à closed captions) et de sous-titres (équivalent à subtitles) pour tenir compte de cette distinction.

Il existe deux techniques de transcription : la transcription simple qui se limite à fournir la traduction des dialogues à des spectateurs capables d’entendre le reste de la bande son et la transcription codée qui décrit les effets sonores, les sons musicaux, les expressions non verbales et les dialogues.

Les règles de sous-titrage sont données ici pour transcrire une version originale.

Définition des termes

• Transcription : adaptation écrite d’une source audio
• Sous-titres : adaptation traduite d’une retranscription
• Transcription codée : adaptation écrite et enrichie d’une source audio à destination des sourds et malentendants
• Time code : marque de temps
• VOST : version originale sous-titrée

Principe général de la transcription pour sous-titres

Il est important de toujours garder à l’esprit que les sous-titres transcrits ont pour objectif d’assurer l’intelligibilité des contenus audiovisuels, particulièrement pour les déficients auditifs. Le sous-titrage doit donc constituer un complément cohérent aux contenus diffusés. Il est nécessaire d’assurer un rendu complet et exact de l’élément sonore d’une vidéo, en indiquant, lorsque cela est pertinent, qui est l’interlocuteur, et en incluant les éléments sonores non oraux nécessaires à la compréhension de la vidéo. Les descriptions doivent rester simples.

Hésitations et bredouillements

En règle générale, les hésitations, répétitions, bredouillements et bruits des locuteurs sont omis. Toutefois, il faut reproduire les hésitations et les bredouillements s’ils aident à saisir la conversation ou à caractériser le personnage ou encore s’ils font partie d’un effet dramatique ou d’une farce.

Orthographe et grammaire

Il est essentiel que les transcripteurs se reportent aux sources de référence officielles pour les règles d’orthographe et les règles grammaticales de la langue française et qu’ils consultent des ouvrages de référence internationaux et spécialisés pour écrire correctement les termes de domaines précis. Il faut reproduire l’orthographe des noms propres selon les règles de la langue française. Il faut aussi reproduire tels quels les noms propres et les titres qui apparaissent à l’écran. Il faut communiquer le sens du discours aussi clairement que possible, afin que le spectateur puisse lire les sous-titres le plus rapidement et le plus facilement possible.

Par conséquent, il est primordial d’orthographier les mots correctement et d’employer la bonne ponctuation dans les sous-titres, malgré les imperfections du langage des locuteurs. Beaucoup de gens ont une intonation ou un accent particulier, font des liaisons ou omettent la terminaison de certains mots, par exemple. On peut modifier l’orthographe des mots pour rendre ces caractéristiques uniquement si c’est absolument nécessaire. Un recours exagéré à une orthographe fautive nuit à la clarté du texte et à la facilité de lecture. Il faut donc user de beaucoup de précaution. La qualité du français pour le sous-titrage doit tendre vers la perfection.

Ponctuation

La transcription de la parole en sous-titres est très différente de la composition d’un dialogue écrit. Dans la réalité, les personnes prenant part à une conversation n’emploient pas nécessairement toujours une structure de phrase grammaticalement correcte.  Elles peuvent faire des fautes de grammaire et des phrases incomplètes – ou, au contraire, interminables – et employer des expressions familières ou dialectales, etc.

Un des grands défis du sous-titrage transcrit consiste à reproduire fidèlement un langage imparfait, tout en rédigeant un texte qui est grammaticalement correct, dans les délais restreints et l’espace limité que permet le média, afin que l’auditoire puisse le saisir rapidement et facilement.

La ponctuation du sous-titrage doit, dans la mesure du possible, reproduire un français correct, quant à la structure des phrases, et respecter autant que possible les conventions et les normes de la presse. Toutefois, bien que les sous-titreurs doivent éviter les erreurs de grammaire, cela peut s’avérer impossible à l’occasion. La ponctuation ne peut rectifier un discours grammaticalement incorrect. Elle doit avant tout contribuer à la clarté du texte et en faciliter la lecture.

Par conséquent, les sous-titreurs doivent observer les règles suivantes :

• garder la ponctuation au minimum, sans surcharge,
• ne pas enchaîner de phrases par des virgules,
• pour les phrases longues, repérer les endroits où faire une pause pour la subdiviser en phrases simples,
• se reporter aux dictionnaires et guides stylistiques de langue française pour prendre des décisions éclairées concernant la ponctuation,
• étayer les décisions prises et agir de façon uniforme.

Italiques

Employer l’italique pour les voix off et les voix « déformées » :

• discours narratifs, téléphone, radio, télévision, etc.,
• les voix intérieures, exprimant les pensées du personnage,
• les titres d’œuvres et les mots en langue étrangère,
• les paroles de chansons chantées par des personnages (morceaux d’une comédie musicale, chants de révolutionnaires dans un film historique, etc.), qui doivent généralement être traduites, car elles apportent une information complémentaire et parfois indispensable au récit (en revanche, il est exceptionnel de devoir traduire les paroles des chansons appartenant à la bande son).

Espacement

Il ne faut pas laisser plus d’une espace dans un sous-titre (entre deux mots consécutifs ; entre un mot et la ponctuation).

Insérer une espace avant la parenthèse ouvrante et après la parenthèse fermante. Il ne doit pas y avoir d’espace entre les parenthèses et le texte.

Caractères

Respectez la casse (majuscules et minuscules) et l’accentuation comme pour un texte écrit.

Couleur

Les couleurs sont à proscrire.

Chansons

Reproduire les paroles de toutes les chansons mot à mot, lorsque la chanson est en langue française. Pour une chanson en langue étrangère, indiquer entre parenthèses la langue de la chanson.

Silence

Normalement, l’absence de sous-titres suffit pour indiquer un silence ou une pause. Utiliser les descriptions, si nécessaire, pour indiquer la continuité du sous-titrage. Par exemple : (sans paroles).

Nombres

Observer la règle courante selon laquelle les nombres entiers jusqu’à dix inclusivement s’écrivent en toutes lettres. Écrire les autres nombres entiers en chiffres.

Employer des chiffres pour :

• les séries de nombres ;
• l’âge d’une personne, un modèle ou une marque d’automobile ou d’avion, une cote, une date, une dimension, une fraction, une taille, le numéro d’une route, une somme d’argent, une abréviation numérique, une page, la normale ou une valeur nominale, les proportions d’une recette, un relevé à  l’échelle Richter, un pointage, une vitesse, les projets de loi ou articles de loi, la température, l’heure, le calibre d’une arme, un poids et une mesure de longueur.

Nombres en chiffres romains

Se servir de chiffres romains pour désigner les guerres mondiales, les Jeux olympiques, les monarques, les papes, les dynasties et les noms de produits, s’il y a lieu.

Pourcentage

Indiquer les pourcentages au moyen de chiffres et du symbole : 10 %, 99,9 %

Numéros de téléphone

Dans les numéros de téléphone, séparer les groupes de chiffres, mais non les chiffres mêmes ;

par une espace pour les numéros français, par des tirets pour les autres :

• +33 1 23 45 67 89
• 1- 800-123-1234

Jurons et grossièretés

• Si le juron ou la grossièreté est audible, l’inclure dans les sous-titres.
• Ne pas remplacer le juron ou la grossièreté par un euphémisme.
• Inscrire « bip » lorsque l’expression est censurée.

Vitesse

Les sous-titres doivent reproduire mot à mot la bande audio. Il ne faut comprimer les propos des personnes à l’écran qu’en dernier ressort, lorsque des restrictions techniques ou des contraintes de temps et d’espace empêchent de reproduire tous les mots dits en maintenant un temps d’affichage convenable.

Si le dialogue est particulièrement lent et comporte de longues pauses ou si les plans durent très longtemps, le transcripteur doit synchroniser les sous-titres avec les paroles mêmes et marquer les pauses par des blancs, en insérant des points de suspension s’il y a lieu.

Les sous-titreurs doivent user de beaucoup de discernement lorsqu’ils compriment les propos d’un locuteur et doivent, dans ce cas, observer les règles suivantes :

• toujours essayer de présenter ce qui est dit mot à mot,
• toujours éviter de reformuler. Supprimer plutôt les mots inutiles,
• toujours reproduire la complexité et le sens de toutes les paroles,
• ne jamais adapter un passage d’un texte religieux ou d’une œuvre littéraire ou musicale ni une citation directe.

Locuteur plus difficilement repérable

Lorsqu’on ne voit pas automatiquement qui parle, que les personnages se déplacent, que leur visage est indistinct, que le débit est très rapide ou que la personne se trouve hors champ, il faut désigner entre parenthèses le locuteur sur une ligne distincte.

Relecture

Nous vous recommandons fortement de passer vos épreuves avec un correcteur orthographique.

 


Nous pouvons vous aidez plus !

En espérant que ces lignes vous aiderons à créer vos propres sous-titres ! Si vous souhaitez des conseils plus spécifiques, planifiez un RDV avec nous et parlons de vos préoccupations. C’est gratuit. Nous sommes heureux de pouvoir vous aider car cela nous permet d’améliorer les articles suivants de ce blog. De plus, nous adorons partager notre passion et nos méthodes. Tout le monde est gagnant ainsi.

N’oubliez pas de suivre ce blog ! Nous vous promettons de vous apporter une vrai valeur dans chaque article.

À très bientôt !

Recevez les nouveaux articles par email !

(Vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Garanti sans Spam.)



Sources et références :

• “Normes universelles du sous-titrage codé à l’intention des télédiffuseurs canadiens de langue française “ Document révisé en fonction  de la politique réglementaire de radiodiffusion CRTC 2011-741 et CRTC 2011–741-1, Mai 2012.
• http://orthosub.fr/ (lien mort)
• http://www.subfactory.fr/


 

À propos Stéphane
Expert de la diffusion des savoirs en vidéo : stratégie, techniques et solutions. #video learning # adaptive learning
À propos
Jeune Entreprise Innovante, Kalyzée est une entreprise de technologie qui conçoit, développe et commercialise des solutions audiovisuelles d'enregistrement et de diffusion (streaming) pour le marché des professionnels de la formation, de la collaboration et de l'événementiel.
Découvrez notre newsletter